Aller au contenu

Comment la dette de sécurité constitue une menace.

    La dette de sécurité fait référence à l’accumulation de vulnérabilités de sécurité dans une base de code d’application au fil du temps. Elle provient de la priorisation des fonctionnalités et des caractéristiques au détriment des correctifs de sécurité pendant le développement. Cela peut être dû à des facteurs tels que des délais serrés, des contraintes de ressources ou un manque de connaissance des meilleures pratiques de sécurité.

    Comme la dette financière, la dette de sécurité accumule des intérêts. Chaque vulnérabilité non résolue représente un point d’entrée potentiel pour les attaquants. Plus ces vulnérabilités restent non corrigées, plus elles affectent votre la sécurité des applications et plus le risque de violation de sécurité est grand.

    Voici un examen plus approfondi de la manière dont la dette de sécurité représente une menace imminente :

    L’effet composé de la dette de sécurité

    Imaginez un scénario où un développeur contourne une meilleure pratique de sécurité pour respecter un délai. Cela crée une petite dette de sécurité – une seule vulnérabilité. Au fil du temps, des décisions similaires tout au long du cycle de vie du développement s’accumulent, créant un réseau large et complexe de vulnérabilités.

    Cette accumulation a un effet composé. Chaque nouvelle vulnérabilité augmente la surface d’attaque – le nombre total de points d’entrée potentiels pour les attaquants. De plus, les vulnérabilités ont souvent des dépendances. La correction d’une vulnérabilité peut en exposer une autre, créant un arriéré de problèmes de sécurité.

    Une manière utile de visualiser le concept de dette de sécurité est à travers un graphique. L’axe des x représenterait le temps, et l’axe des y le nombre de vulnérabilités.

    Le graphique montre une augmentation régulière des vulnérabilités au fil du temps, soulignant l’effet composé de la dette de sécurité. Plus la pente de la ligne est raide, plus la dette de sécurité s’accumule rapidement.

    L’impact de la dette de sécurité sur les applications

    La dette de sécurité peut entraver considérablement les programmes AppSec de plusieurs manières :

    • Coûts accrus de remédiation des vulnérabilités : Corriger les vulnérabilités plus tard dans le cycle de vie du développement est plus coûteux que de les aborder tôt. Cela est dû au fait que les problèmes de sécurité deviennent plus complexes et entrelacés avec les fonctionnalités principales à mesure que la base de code évolue.
    • Entrave à l’innovation : La dette de sécurité peut ralentir la vitesse de développement. Les développeurs se retrouvent embourbés à corriger des vulnérabilités au lieu de se concentrer sur de nouvelles fonctionnalités et caractéristiques.
    • Diminution du moral de l’équipe : La dette de sécurité peut entraîner frustration et épuisement parmi les professionnels de la sécurité. Ils jouent constamment à rattraper leur retard, luttant pour suivre le rythme avec l’arriéré toujours croissant de vulnérabilités.
    • Risque accru de violations : Les vulnérabilités non corrigées sont des cibles faciles pour les attaquants. La dette de sécurité augmente considérablement les chances d’une cyberattaque réussie, pouvant conduire à des violations de données, des dommages à la réputation et des pertes financières.

    Catastrophe de la dette de sécurité : Violation chez Equifax

    La dette de sécurité a joué un rôle dans plusieurs violations très médiatisées. Par exemple, la célèbre violation chez Equifax en 2017 a exploité une vulnérabilité connue dans Apache Struts, un cadre d’application web.

    La vulnérabilité avait été corrigée, mais Equifax n’avait pas mis à jour ses systèmes, résultant en une violation massive des données qui a exposé les informations personnelles de millions d’Américains.

    Cet exemple souligne l’importance cruciale d’une correction en temps opportun. Les vulnérabilités non corrigées sont des proies faciles pour les attaquants, et la dette de sécurité rend les organisations plus susceptibles à de telles attaques.

    Stratégies pour atténuer la dette de sécurité

    Atténuer la dette de sécurité nécessite une approche proactive intégrant la sécurité tout au long du cycle de vie du développement (SDLC). Voici quelques stratégies clés :

    • Sécurité décalée vers la gauche : Traditionnellement, les tests de sécurité se produisaient tard dans le cycle de développement. Une approche « décalée vers la gauche » met l’accent sur l’intégration des pratiques de sécurité dès le début du processus, comme lors des revues de code et des phases de conception. Cela aide à identifier et à corriger les vulnérabilités tôt, lorsqu’elles sont plus faciles et moins coûteuses à adresser.
    • Modélisation des menaces : La modélisation proactive des menaces aide à identifier les vulnérabilités potentielles avant qu’elles ne soient introduites dans le code. En comprenant les menaces auxquelles une application est confrontée, les développeurs peuvent intégrer des mesures de sécurité dès le départ.
    • Test de sécurité d’application dynamique (TSAD) : Les outils TSAD tels que OrdiWeb peuvent être utilisés pour analyser automatiquement votre application tout au long de son cycle de développement pour détecter les vulnérabilités courantes et les erreurs de codage. Intégrer le TSAD dans le pipeline de développement aide à détecter les vulnérabilités tôt et empêche leur déploiement en production.
    • Formation des développeurs : Équiper les développeurs avec une formation à la sensibilisation à la sécurité leur permet d’écrire un code sécurisé dès le début. La formation doit couvrir les pratiques de codage sécurisé, les vulnérabilités courantes et l’importance de la sécurité des applications.
    • Incitation à la sécurité : Créez une culture qui valorise la sécurité au sein de l’équipe de développement. Cela peut impliquer la définition d’objectifs de sécurité, la récompense des développeurs pour la découverte et la correction des vulnérabilités, et la reconnaissance de l’importance des pratiques de codage sécurisé.
    • Automatisation : L’automatisation joue un rôle crucial dans la gestion de la dette de sécurité. Les scanners automatisés de vulnérabilités peuvent scanner continuellement le code à la recherche de vulnérabilités, et les outils automatisés de correction peuvent aider à déployer efficacement les correctifs de sécurité.
    • Communication et collaboration : Une communication claire et une collaboration entre les développeurs et les équipes de sécurité sont essentielles. Les développeurs doivent comprendre les implications sécuritaires de leur code, et les équipes de sécurité doivent fournir des orientations pratiques et un soutien.
    • Équilibrer la sécurité avec la vitesse : Équilibrer la sécurité avec la vitesse de développement et l’innovation est un défi permanent. Cependant, prioriser la sécurité ne devrait pas se faire au détriment de l’innovation. En mettant en œuvre les stratégies mentionnées ci-dessus, les organisations peuvent construire des applications sécurisées sans sacrifier la vitesse du développement.

    En conclusion

    La dette de sécurité est une menace réelle et croissante pour les applications. En priorisant la sécurité tôt et souvent, les organisations peuvent minimiser la dette de sécurité et construire des applications plus résilientes aux attaques.

    La dette de sécurité est une menace sérieuse qui peut avoir des conséquences importantes. Ne attendez pas qu’une violation se produise avant d’y remédier. Commencez à prioriser la sécurité dès aujourd’hui en intégrant ces pratiques.

    En travaillant ensemble, développeurs, professionnels de la sécurité et dirigeants peuvent construire un avenir où les applications sécurisées sont la norme, et non l’exception.

    OrdiWeb

    OrdiWeb